November is coming… 3 expositions pour la Galerie le Minotaure, entre Paris et New York

SAVE THE DATE !

Tandis que Benoit Sapiro présente actuellement « Du primitivisme dans l’art du 20° siècle » dans sa galerie de la rue des Beaux-Arts, il prépare pour novembre pas moins de trois expositions, une à Paris et deux à New York.

On démarre avec Photo Saint-Germain (7/22 novembre) et « Du minimalisme dans la photographie d’architecture des origines à nos jours ». J’y reviendrai dans un article car exposer le travail de trois photographes de trois siècles différents sur un thème aussi précis mérite qu’on s’y attarde un peu…

A peine le vernissage passé, direction New York pour la 4° édition de The Salon Art+Design (12/ 16 novembre) où il montrera notamment un exceptionnel paravent d’Archipenko et il enchaînera avec une grande exposition consacrée à Boris Aronson qu’il montrera à la galerie Vallois America (14 novembre / 23 décembre) « Preparing the miracle, fom Bronx to Broadway : Boris Aronson and the Yiddish Theatre »

Benoit Sapiro défend avec passion les artistes russes et d’Europe de l’est de la première moitié du 20° siècle et sa galerie compte assurément parmi les plus dynamiques de Paris.
Si je suis fan ? C’est un euphémisme…  Le nombre d’articles que j’y consacre trahit mon enthousiasme.

Son stand manquera assurément à la Fiac qui a décidé de le bouder cette année. Drôle de choix que de mettre de côté la seule galerie d’art moderne qui arrivait chaque année avec un univers extrêmement abouti : un thème allant bien au-delà de la monographie d’un artiste ou le choix d’une couleur, un commissaire d’exposition, un journal… C’est amusant d’ailleurs de lire dans « L’Oeil » dans un dossier spécial Fiac, des éloges sur son travail et le rappel de ses efforts pour mettre en lumière l’oeuvre d’Henri Valensi l’an dernier. L’année précédente c’était la journaliste très respectée Judith Benhamou, qui sélectionnait son rotorelief de Marcel Duchamp parmi les petits bijoux incontournable de la foire. Cette année-là c’était « Sexe, Humour et Abstraction ». Si vous l’avez manqué, je vous propose une séance de rattrapage

Mais pour revenir au présent, il faut que je précise aussi qu’il y a une dizaine de jours il était au Musée Pushkin à l’inauguration de l’exposition « Les années folles de Montparnasse » pour laquelle il s’est occupé d’organiser et de coordonner l’exposition des œuvres de Pascin provenant des collections privées. Sans oublier le 27 septembre où il participait à l’opération organisée par le Comité Professionnel des Galerie d’Art et la Mairie de Paris : « Un dimanche à la galerie »…

Affiche de l'exposition "Les années folles de Montparnasse"
Affiche de l’exposition « Les années folles de Montparnasse »
Benoit Sapiro au musée Pushkin lors du vernissage
Benoit Sapiro au musée Pushkin lors du vernissage
Et puis j’en profite pour vous encourager à voir « Du Primitivisme dans l’Art du 20° siècle », jusqu’à fin octobre, 2 rue des Beaux Arts. Encore une petite vidéo pour la peine… Et bon week-end !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.